Bienvenue dans le monde …

Quand j’étais petite, j’idolâtrais la vie : je regardais les bisounours et je croyais que tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil … Quand j’étais petite, j’étais naïve, je l’avais cru, moi, Franklin qui savait lacer ses chaussures ! Mais il en a même pas ce menteur ! Avec l’âge et l’expérience de la vie qui malgré mon jeune âge ne m’a pas fait perdre de temps dans les expériences à vivre, je suis plus lucide. Armelle Six est une amoureuse de la vie qui enseigne les choses essentielles de la vie dans des mots simples dans des conférences Youtube ou dans ses livres. Armelle utilise une phrase très juste que j’apprécie utiliser tellement elle vibre en moi : Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises expériences, il y a juste des expériences qui sont faites pour être vécues. J’ai appris et j’apprends encore tous les jours à prendre la vie comme elle vient.

Sauf que la société, ce n’est pas les bisounours… On parle d’Amour, de tolérance, d’égalité. Mais les mots « homosexualité », « sexe », « urine », « excréments » sont tabous … Le mot plaisir l’est également selon le contexte. La société est conditionnée et le fait de rester avec une femme que l’on n’aime pas pour la sécurité et pour les enfants, dans la routine sans bonheur est « normal ». En revanche le divorce, l’homosexualité de deux personnes qui s’aiment, la  différence d’âge de plus de 7 ans (et déjà, je suis gentille), tout cela ne l’est pas. Malgré le travail exemplaire de Master et Johnson dans les années 60 montrant que la femme pouvait avoir du plaisir, des orgasmes, les résultats ne sont pas concluants. Un homme qui raconte avoir joui c’est normal, pour les filles, beaucoup moins.

L’enfant est conditionné à cacher son sexe puisque les parents se cachent et c’est ainsi avec des « ne touche pas ton pénis », de se cacher dès que l’enfant rentre dans la salle de bain, qu’en arrivant à la puberté, le choc est si grand. Qu’est-ce qu’il se passe en moi ? Et la honte qui l’accompagne souvent puisque la nudité est cachée … Surtout, il ne faut rien dire à l’enfant tant qu’il ne pose pas de questions… Prenez les pour des idiots, bien sur. Ce matin, dans un magazine, j’ai vu la pub pour un bouquin « ne bouge pas, tu vas tomber ! : Réussir malgré ses parents ».
Eh oui, parce que la société actuelle vit dans la peur et donc les parents, quand ils entendent transmettre ses valeurs, ils transmettent leur fardeau, leur douleur… La responsabilisation de l’enfant en France est quasiment nulle…

Sinon, il y a aussi ces féministes, ces femmes qui râlent et qui critiquent la chose même qu’elles défendent… Les femmes d’hier ont voulu l’égalité des sexes et vous jouez les victimes … Parce que bon, oui le harcèlement sexuel existe. Je me balade tous les jours en jupe et je ne vais pas vous mentir, ça m’est déjà arrivé, dans le centre-ville de Nantes, dans le métro parisien, etc… Mais je n’ai pas baissé les yeux et je leur ai dit, à tous, que ce sont eux-même qui se rabaissent en faisant cela et qu’en les voyant, je me sens encore plus grande. Cependant, les mecs qui se font tabasser le soir dans les parkings par des mecs bourrés, les mêmes qui parlent aux femmes avec insistance et qui se croient maître du monde, est-ce qu’on en parle ? Les hommes victimes de violences conjugales par des filles qui vont ensuite crier sur tous les toits que frapper une femme c’est bas et mesquin !

À toutes ces infirmières qui par conscience professionnelle, font grève en allant au travail, un brassard sur le bras et qui essayent tant bien que mal de faire de leur mieux avec un effectif réduit, un manque de matériels considérables… Vous faites ça par amour de votre métier, par peur des conséquences : si personne ne venait,… Des détérioration de l’état de santé de certains, le décès d’autres… Mais combien d’infirmières, d’aides-soignantes se sont suicidées, ont fait un burn-out ou sont en maladie professionnelle dans les dernières années sous le regard inexistant des politiques de notre « démocratie » ? Liberté, égalité, fraternité… C’est ce que nous voulons et la plupart, se contente de la surface des choses pour se rassurer sans trop se renseigner, j’avoue que ça fait mal, très mal. Avec tous les morts, les blessées et les maladies créées sans le moindre geste de l’état, ne serait-il pas tant de vous bouger, de vous rassembler et que PER-SO-NNE n’aille bosser ? Les choses avanceraient plus vite mais bon… Vos parents ont dû vous dire de ne pas bouger, que vous alliez tomber…

Donc moi, aujourd’hui, j’ai envie de l’ouvrir et je le fais !